Accueil Page d'édification

           


Accueil Présentation Eucharistie du Dimanche Carême 2009 Année de  L'EUCHARISTIE Archives Prières Soeur Faustine Témoignages Page d'édification Textes Livre d'or Plan et titres Mes  liens

 

 

 

Je vous propose des  textes d'édifications  extraits du:

"Petit journal de sœur Faustine"

C'est Jésus Lui même,

qui dicta ces paroles à sœur  Faustine.

Remerciement à mon frère Marc Mongreville

 

     La sainteté.

 

Le combat spirituel.

( Pour les personnes qui  désirent  ou qui estiment mener un combat spirituel, lisez ce texte.)

 

Au sujet du sacrifice et de la prière.

( Pour les personnes qui désirent, ou qui  ont le goût du sacrifice et du don  de soi, lisez  ce texte.)

 

 

 

        La sainteté.

 

Ce ne sont ni les grâces,  ni les apparitions, ni les ravissements, ni aucun don accordé qui la rendent  parfaite, mais l'union  intérieure de mon âme avec Dieu.

Ces dons ne sont que des ornements de l'âme, mais ils ne constituent ni le contenu, ni la perfection.

Ma sainteté et ma perfection consiste en une étroite union de ma volonté avec celle de Dieu.

Dieu ne fait jamais violence à notre libre arbitre.

Il dépend de nous d'accepter ou non la grâce divine, de collaborer avec elle, ou de la gaspiller.

 

Cet extrait du petit journal porte le numéro 1107 Page 382.

 

 

 

 

 

     Le combat spirituel.

 

          ( Pour les personnes qui estiment mener un combat spirituel, lisez ce texte.)

          (C'est Jésus Lui même, qui dicta ces paroles à soeur Faustine.)

 

Ma fille je veux t’instruire du combat spirituel.

N’aie jamais confiance en toi même, mais abandonne-toi complètement  à ma volonté.

Dans le délaissement, les ténèbres et dans les différents doutes aie recours à moi et à ton directeur,

il te répondra toujours en mon nom.

N’écoute jamais aucune tentation, mais enferme-toi aussitôt dans mon cœur et dévoile-la à ton confesseur à la première occasion.

Met l’amour-propre à la dernière place, pour qu’il ne souille pas tes actions.

Supporte-toi toi-même avec grande patience.

Ne néglige pas les mortifications intérieurs.

Justifie toujours en toi-même l’opinion de tes supérieures et de ton confesseur.

Fuis comme la peste ceux qui murmures.

Que les autres agissent comme il  veulent, toi, conduis-toi comme je l’exige de toi.

Observe la règle très fidèlement.

Lorsqu’on t’a fait de la peine, pense à ce que tu pourras faire de bon à la personne qui t’a fait souffrir.

Ne te confie pas à l’extérieur.

Tais-toi quand on te réprimande ; ne demande pas à tout le monde son opinion, mais seulement à ton directeur ;

sois avec lui franche et simple comme un enfant.

Ne te décourage pas à cause de l’ingratitude ;

ne scrute pas curieusement les chemins par lesquels je te conduis ;

lorsque l’ennui et le découragement frapperons à la porte  de ton cœur,

fuis de toi-même et cache-toi dans mon cœur.

N’aie pas peur du combat, le courage seul effraie souvent les tentations et elle n’osent  pas nous attaquer.

Combats toujours avec la profonde conviction que je suis près de toi.

Ne te laisse pas conduire par le sentiment, car il n’est pas toujours en ton pouvoir, c’est dans la volonté que se trouve tout le mérite.

Dépends toujours de tes supérieures dans les plus petites choses.

Je ne te leurre pas avec la paix et les consolations, mais prépare-toi à de grands combats.

Sache que tu es maintenant sur la scène et que la terre et le ciel te regardent, combats comme un chevalier pour que je puisse te récompenser ;

n’aie pas craintes inutiles, car tu n’es pas seule.

 

Cet extrait du petit journal porte le numéro 1760 Page 581.

 

 

 

 

 

 

      Au sujet du sacrifice et de la prière.

 

( Pour les personnes qui ont le goût du sacrifice et du dont de soi, lisez  ce texte.)

                      (C'est Jésus Lui même, qui dicta ces paroles à soeur Faustine.)

 

Ma fille,  je veux t’instruire sur la manière dont tu dois sauver les âmes par le sacrifice et la prière. Tu sauveras plus d’âmes par le sacrifice et la prière qu’un missionnaire n’en sauverait seulement par des enseignements et des sermons.

Je veux te voir comme l’offrande de l’amour ardent qui, seul, a de la puissance à mes yeux. Tu dois être anéantie, détruite, vivant comme si tu était morte dans ta plus secrète existence. Tu dois être détruite dans ce lieu secret où l’oeil humain ne peut atteindre, alors tu seras pour moi une offrande agréable, un holocauste plein de douceur et de parfum, et ta force sera puissante si tu pries pour quelqu’un d’autre.

Au-dehors ton offrande doit être ainsi : cachée, silencieuse, imprégnée d’amour, emplie de prière.

Ma fille, j’exige de toi que ton offrande soit pure et pleine d’humilité, pour qu’elle me soit agréable. Je ne vais pas ménager mes grâces, pour que tu puisses accomplir ce que j’exige de toi.

Je vais  maintenant t’instruire de ce qui doit composer cet holocauste dans la vie quotidienne, pour te préserver des illusions.

Tu accepteras toutes les souffrances avec amour ; ne t’afflige pas si ton cœur éprouve souvent répugnance et dégoût pour ce sacrifice.

Toute sa puissance est contenue dans la volonté, donc ces sentiments contraires non seulement ne diminueront pas ton offrande à mes yeux, mais ils l’accroîtront. Sache que ton corps et ton âme seront souvent en proie au feu. Quoique à certaines heures tu ne sentes pas ma présence, je serai toujours près de toi. N’aie pas peur, ma grâce sera avec toi. 

 

 Cet extrait du petit journal porte le numéro 1767 Page 583.

 

 


Louange  et  Gloire  à  Toi  Seigneur  Jésus.

Accueil ] Présentation ] Eucharistie du Dimanche ] Carême 2009 ] Année de  L'EUCHARISTIE ] Archives ] Prières ] Soeur Faustine ] Témoignages ] [ Page d'édification ] Textes ] Livre d'or ] Plan et titres ] Mes  liens ]   E-mail Félix G.D.: felixgd@wanadoo.fr

Web master du site :  Félix G.D.                                                                        
Dernière modification : 17 avril 2013.   

Rapport d'audience  E-Stat  au 31/12/12

Total depuis 4525 jours Nombre de visites : 24134