Accueil Remonter Cheminement et Approfondissement.

           


Accueil Écoute et Conversion Cheminement et Approfondissement. Mort et Résurrection Vendredi  Saint Dimanche de Pâques Pentecôte  2009 Dimanche de Pentecote  09 Dimanche de Toussaint

 

 

 

 

Cheminement et Approfondissement.

 

Et nous voici au deuxième  thème. 

Nous avons vus  « Écoute et conversion »  qui se résume à l’écoute de la Parole de Dieu,

et qui amène à une prise de conscience spirituelle sur sa vie,  et la décision de s’engager dans le processus de la conversion.

 

Alors suivons encore le Christ, et continuons  notre cheminement par la deuxième  étape : Cheminement et Approfondissement.

 

- Alors  qu’est que c’est ?    Et comment la vivre ?

 

L’exemple vient toujours de Jésus-Christ.

Nous savons qu’après son baptême, le Saint Esprit   l’a conduit au désert pour subir l’épreuve de la tentation. Plusieurs tentations.

Alors nous même,  avons-nous pris la résolution de lutter contre toute forme de tentation, 

donc toute forme de péchés ?

Ce temps de carême est une période propice à l’intériorisation spirituelle pour prendre de bonne résolution.

Un temps de grâce pour débuter ou relancer une conversion.

 

Prenons le temps d’examiner notre  résolution et notre détermination, en sachant bien que : Jésus nous demande de choisir Dieu de façon exclusif,  et il vient nous aider à progresser jour après jour, car il marche à notre vitesse, et  le Saint esprit nous accompagne toujours.

 

Le but n’est pas de faire de grand pas, mais d’avancer petit à petit chaque jour résolument.

Si  il nous arrive de tomber, ne soyez pas désespéré, alors on se relève pour demander pardon (sacrement de réconciliation) et continuer le chemin.

 

Jésus à tout prévu : sur le chemin du calvaire,  il est tombé trois fois, et s’est relevé trois fois pour nous montrer que si  il nous arrive de tomber, ne pas rester par terre, se relever pour continuer le cheminement.

Comme on dit chez nous : « l’homme blessé n’est pas mort. »

 

Le chrétien dispose d’un équipement spécial qui s’appel le baptême.

Dans ce baptême nous est donné le Saint Esprit qui  procède du Père et du Fils.

L’Esprit Saint à pour but de nous conduire, de nous dynamiser, et nous mettre  à l’école du Christ, dans les pas de Jésus.

 

Il est vrai que nous devons aussi  accepter de porter notre croix, comme l’a demander Jésus.

Il est vrai aussi que  la croix nous fait peur, nous effraie,  et nous avons beaucoup de mal à l’accepter, et à  la porter.

Soyons clair, en suivant Jésus, nous n’avons pas le choix.

 

Le chrétien n’est pas celui qui présente toujours une mine rébarbative, ou une mine d’enterrement. Non,  fini les clichés du passé. Vivons en ressuscité malgré les obstacles et les vicissitudes de la vie. Sachons glorifier Dieu dans toutes les circonstances de la vie.

Alors les choses nous paraîtrons  plus facile et plus alléger.

La meilleure façon de porter sa croix, c’est de la tenir, de la serrer contre soit,

de l’aimer, et de la porter vaillamment.

On peut même s’en servir comme d’un bâton pour avancer.

Saint Paul portait sa croix et à plusieurs reprise a demander à Jésus de le décharger, et à chaque fois Jésus lui répondait :   « Ma grâce te suffit.»

 

Nous sommes impuissant à nous décharger ou à diminuer notre croix, car c’est une volonté Divine attaché au plan de salut. Notre croix est notre infime participation à notre rédemption, et elle nous permet de rester dans  l’humilité et la simplicité.

Elle nous empêche de nous enorgueillir « négativement ».

Saint Paul l’a si bien compris qu’il s’est servi de sa croix comme d’un instrument pour s’enorgueillir « positivement », et il disait : 

« Je place mon orgueil dans ma faiblesse, car c’est quand je suis faible que je suis fort ».

Cette parole de saint Paul rejoint étroitement la Parole de Jésus qui disait : 

« Celui qui s’élève sera abaissé et celui qui s’abaisse sera élevé.»

 

Porter sa croix c’est accepter la difficulté ou l’inconvénient permis par Dieu dans notre vie.

Et cela demande un certain discernement.

Accepter sa croix n’est pas se soumettre à elle. C’est l’accepter,  et même la dépasser jusqu’à une certaine transcendance qui fait que la croix devient alors un instrument pour notre sanctification. Et alors ce chrétien se trouve être en adéquation avec L’Évangile, donné par notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Il faut savoir que dans la lutte contre le péché, la bible nous enseigne que nous n’avons pas affaire à des êtres de chair et de sang,  mais à des puissances qui sont  au dessus de nous.

Donc seul,  nous n’avons aucune chance de leurs échappées. C’est Jésus qui nous donne la victoire, donc sa victoire. Avec le Christ, nous sommes déjà vainqueur du péché.

Dans notre engagement envers Dieu, nous avons aussi la vierge Marie,  Mère de Jésus qui intercède pour nous et nous accompagne.

 

Il faut bien comprendre aussi  que notre corps physique vient de la terre, se nourris des produits de la terre, et aspire à retourner à la terre.

Notre corps spirituel  (esprit et âme) vient de Dieu, à besoin de se nourrir de la nourriture Divine et aspire à retourner au ciel.

Cette dualité entre spirituelle et corporelle,  fait que se trouve en nous un antagonisme de rivalité, face à  laquelle nous devons trancher et c’est très important.

Le corporel doit être soumis au spirituel, et être à son service.

 

Dompter son corps n’est pas aisé.

C’est comme un taureau que l’on doit parfois prendre par les cornes pour lui faire entendre raison. Surtout il est primordial de se  nourrir de la Parole de l'Évangile et des sacrements. Sinon notre esprit se trouve affaibli et démunis face aux exigences pulsionnelles du corps

 

Donc pour progresser dans le chemin de conversion qui est de tous les jours,  et pouvoir avancer en eaux profondes,  il est vital de manger la Parole de Dieu,  et se fortifier par les sacrements. Alors notre cœur devient comme une terre ensemencée  par la Parole.

La germination doit se faire jusqu’à la production des fruits.

Le discernement des fruits se fait à la lumière de l’Évangile et aussi accompagné d’un prêtre.

 

Et le chrétien arrive naturellement à : aimer, et pardonner.

Aimer consiste à donner, se donner,  jusqu’à  tout donner.

Pardonner est une condition primordiale pour avancer dans un affranchissement du péché.

 

Bon courage, bonne route, dans les pas du Christ.

 

Direction la Pâques du Seigneur Jésus.

 

 

Précédente: écoute et conversion                    Page suivante : Mort et résurrection.

 


Louange  et  Gloire  à  Toi  Seigneur  Jésus.

Accueil ] Remonter ] Présentation ] Eucharistie du Dimanche ] Année de  L'EUCHARISTIE ] Archives ] Prières ] Soeur Faustine ] Témoignages ] Page d'édification ] Textes ] Livre d'or ] Plan et titres ] Mes  liens ]   E-mail Félix G.D.: felixgd@wanadoo.fr

Web master du site :  Félix G.D.                                                                        
Dernière modification : 17 avril 2013.   

Rapport d'audience  E-Stat  au 31/12/12

Total depuis 4525 jours Nombre de visites : 24134