Accueil Remonter Dimanche de Juin  09

           


Accueil Noël   2008 Dimanches de decembre 08 Dimanche de janvier 09 Conversion de Saint-Paul Dimanche de février Dimanche de Mars 09 Dimanche de Avril Dimanche de Mai  09 Dimanche de Juin  09 Dimanche de Juillet 09 Dimanche de Aout Dimanche Septembre Dimanche de Novembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12ème Dimanche ordinaire.

 

 

Dimanche du Saint Sacrement .

Fête du  Corps et du Sang du Christ

 

Dimanche de la Sainte-Trinité

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dimanche du Saint Sacrement .

Fête du  Corps et du Sang du Christ


 

Dimanche 14  juin  2009.

 

 

   Première  lecture

 Lecture du  livre de l'Exode 24,3-8.

 

En descendant du Sinaï, Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur et tous ses commandements.

Le peuple répondit d’une seule voix :

« Toutes ces paroles que le Seigneur a dites, nous les mettrons en pratique. »
Moïse écrivit toutes les paroles du Seigneur ;

le lendemain matin, il bâtit un autel au pied de la montagne, et il dressa douze pierres pour les douze tribus d'Israël.
Puis il chargea quelques jeunes Israélites d'offrir des holocaustes, et d'immoler au Seigneur de jeunes taureaux en sacrifice de paix.
Moïse prit la moitié du sang et le mit dans des bassins ; puis il aspergea l'autel avec le reste du sang.
Il prit le livre de l'Alliance et en fit la lecture au peuple. Celui-ci répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. »
Moïse prit le sang, en aspergea le peuple, et dit : « Voici le sang de l'Alliance que, sur la base de toutes ces paroles, le Seigneur a conclue avec vous. »
 

 

 

 

 

 

     Deuxième  Lecture

 

 Lecture de la  lettre aux Hébreux 9,11-15.



Le Christ, lui, est le grand prêtre du bonheur qui vient.

La tente de son corps est plus grande et plus parfaite que celle de l'ancienne Alliance ; elle n'a pas été construite par l'homme, et n'appartient donc pas à ce monde.
C'est par elle qu'il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire du ciel en répandant, non pas le sang des animaux, mais son propre sang : il a obtenu ainsi une libération définitive.
S'il est vrai qu'une simple aspersion avec du sang d'animal, ou avec de l'eau sacrée, rendait à ceux qui s'étaient souillés une pureté extérieure pour qu'ils puissent célébrer le culte,
le sang du Christ, lui, fait bien davantage : poussé par l'Esprit éternel, Jésus s'est offert lui-même à Dieu comme une victime sans tache ; et son sang purifiera notre conscience des actes qui mènent à la mort pour que nous puissions célébrer le culte du Dieu vivant.
Voilà pourquoi il est le médiateur d'une Alliance nouvelle, d'un Testament nouveau : puisqu'il est mort pour le rachat des fautes commises sous le premier Testament, ceux qui sont appelés peuvent recevoir l'héritage éternel déjà promis.
 

 

 

 

 

ÉVANGILE

 

 

Évangile de Jésus Christ

selon  Saint-Marc.

14,12-16.22-26.


Le premier jour de la fête des pains sans levain,

où l'on immolait l'agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent :

« Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour ton repas pascal ? »
Il envoie deux disciples :

 

« Allez à la ville ;

vous y rencontrerez un homme portant une cruche d'eau.

Suivez-le.
Et là où il entrera, dites au propriétaire :

'Le maître te fait dire :

Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ? '
Il vous montrera, à l'étage, une grande pièce toute prête pour un repas.

Faites-y pour nous les préparatifs. »


Les disciples partirent, allèrent en ville ;

tout se passa comme Jésus le leur avait dit ; et ils préparèrent la Pâque.


Pendant le repas, Jésus prit du pain,

prononça la bénédiction, le rompit, et le leur donna, en disant :

 

« Prenez, ceci est mon corps. »
Puis, prenant une coupe et rendant grâce,

il la leur donna, et ils en burent tous.
Et il leur dit :

« Ceci est mon sang, le sang de l'Alliance, répandu pour la multitude.
Amen, je vous le dis :

je ne boirai plus du fruit de la vigne,

jusqu'à ce jour où je boirai un vin nouveau dans le royaume de Dieu. »


Après le chant d'action de grâce, ils partirent pour le mont des Oliviers.
 

 

 

 

                                                  

 

 

 

Sur toute la terre est proclamée la Parole, et la Bonne

Nouvelle aux limites du monde.

 

 

 

 

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

 

 

 

Dimanche de la Sainte-Trinité

 

 

Dimanche 7  juin  2009.

 

 

   Première  lecture

 Lecture du  livre  du Deutéronome . 4,32-34.39-40.



Moïse disait au peuple d’Israël :

« Interroge les temps anciens qui t’ont précédé,

depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre :

d’un bout du monde à l’autre,

est-il arrivé quelque chose d’aussi grand,

a-t-on jamais connu rien de pareil ?
Est-il un peuple qui ait entendu comme toi

la voix de Dieu parlant du milieu de la flamme, et qui soit resté en vie ?
Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation,

de venir la prendre au milieu d'une autre, à travers des épreuves,

des signes, des prodiges et des combats,

par la force de sa main et la vigueur de son bras,

et par des exploits terrifiants -

comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ?


Sache donc aujourd'hui, et médite cela dans ton coeur :

le Seigneur est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre,

et il n'y en a pas d'autre.


Tu garderas tous les jours les commandements et les ordres du Seigneur que je te donne aujourd'hui, afin d'avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.
 

 

 

 

 

 

 

     Deuxième  Lecture

 

 Lecture de la  Lettre de saint Paul Apôtre aux  Romains 8,14-17.

 



Frères,

tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu.
L'Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ;

c'est un Esprit qui fait de vous des fils ;

poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l'appelant : « Abba ! »


C'est donc l'Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.
Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers ;

héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, à condition de souffrir avec Lui pour être avec Lui dans la gloire.


 

 

 

 

 

ÉVANGILE

 

 

Évangile de Jésus Christ

selon  Saint-Matthieu.  28,16-20.

 


Au temps de Pâques, les onze disciples s'en allèrent en Galilée,

à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s'approcha d'eux et leur adressa ces paroles :

 

« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre.
Allez donc !

De toutes les nations  faites des disciples,

baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ;
et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés.

Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12ème Dimanche ordinaire.


 

Dimanche 21  juin  2009.

 

 

   Première  lecture

 Lecture du  livre de Job 38,1.8-11.

Du milieu de la tempête, le Seigneur dit à Job :
« Qui donc a retenu la mer avec des portes, quand elle jaillit du sein de l'abîme ;
quand je fis de la nuée son vêtement, et l'enveloppai de nuages pour lui servir de langes ;
quand je lui imposai des limites, et que je disposai les portes et leurs verrous ?
Je lui dis : 'Tu viendras jusqu'ici ! tu n'iras pas plus loin, ici s'arrêtera l'orgueil de tes flots ! »
 

 

 

 

 

 

     Deuxième  Lecture

 

Lecture de la Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5,14-17.




Frères, l'amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu'un seul est mort pour tous,

et qu'ainsi tous ont passé par la mort.
Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n'aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
Désormais nous ne connaissons plus personne à la manière humaine :

si nous avons compris le Christ à la manière humaine, maintenant nous ne le comprenons plus ainsi.
Si donc quelqu'un est en Jésus Christ, il est une créature nouvelle.

Le monde ancien s'en est allé, un monde nouveau est déjà né.
 

 

 

 

 

ÉVANGILE

 

 

Évangile de Jésus Christ

selon  Saint-Marc.

 4,35-41.


Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule en paraboles.

Le soir venu, il dit à ses disciples :

« Passons sur l'autre rive. »
Quittant la foule, ils emmènent Jésus dans la barque, comme il était ;

et d'autres barques le suivaient.

 
Survient une violente tempête.

Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait d'eau.
Lui dormait sur le coussin à l'arrière.

Ses compagnons le réveillent et lui crient :

« Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »


Réveillé, il interpelle le vent avec vivacité et dit à la mer :

« Silence, tais-toi ! »

Le vent tomba, et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :

« Pourquoi avoir peur ? Comment se fait-il que vous n'ayez pas la foi ? »

 
Saisis d'une grande crainte, ils se disaient entre eux :

« Qui est-il donc, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

 

 

 

 

                                                  

 

 

 

Sur toute.

 

 

 

 

 

 

                                                  

 

 

 

Sur toute la terre est proclamée la Parole, et la Bonne

Nouvelle aux limites du monde.

 

 

 

 

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »


Louange  et  Gloire  à  Toi  Seigneur  Jésus.

Accueil ] Remonter ] Présentation ] Eucharistie du Dimanche ] Carême 2009 ] Année de  L'EUCHARISTIE ] Archives ] Prières ] Soeur Faustine ] Témoignages ] Page d'édification ] Textes ] Livre d'or ] Plan et titres ] Mes  liens ]   E-mail Félix G.D.: felixgd@wanadoo.fr

Web master du site :  Félix G.D.                                                                        
Dernière modification : 17 avril 2013.   

Rapport d'audience  E-Stat  au 31/12/12

Total depuis 4525 jours Nombre de visites : 24134