Accueil Remonter Dimanche de Mars 09

           


Accueil Noël   2008 Dimanches de decembre 08 Dimanche de janvier 09 Conversion de Saint-Paul Dimanche de février Dimanche de Mars 09 Dimanche de Avril Dimanche de Mai  09 Dimanche de Juin  09 Dimanche de Juillet 09 Dimanche de Aout Dimanche Septembre Dimanche de Novembre

 

 

 

 

 

 

 

1er  Dimanche de carême.     

 

3éme  Dimanche de carême.     

 

4éme  Dimanche de carême.     

 

 

 

 

 

1er  Dimanche de carême.     

 

Dimanche  1  mars  2009.

 

 

   Première  lecture

     Lecture du  livre de la Genèse  9,8-15.

 

Après le déluge, Dieu dit à Noé et à ses fils :

« Voici que moi, j'établis mon alliance avec vous, avec tous vos descendants,

et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous : les oiseaux, les animaux domestiques, toutes les bêtes sauvages, tout ce qui est sorti de l'arche pour repeupler la terre.

Oui, j'établis mon alliance avec vous : aucun être vivant ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n'y aura plus de déluge pour ravager la terre. »

Dieu dit encore : « Voici le signe de l'alliance que j'établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous, pour toutes les générations à venir :

je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu'il soit le signe de l'alliance entre moi et la terre.

Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l'arc-en-ciel paraîtra au milieu des nuages,

je me souviendrai de mon alliance avec vous et avec tous les êtres vivants, et les eaux ne produiront plus le déluge, qui détruit tout être vivant. »

 

 

 

 

 

 

     Deuxième  Lecture

 

 Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre 3,18-22.

 

 

C'est ainsi que le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes ; lui, le juste, il est mort pour les coupables afin de vous introduire devant Dieu. Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l'esprit, il a été rendu à la vie.

C'est ainsi qu'il est allé proclamer son message à ceux qui étaient prisonniers de la mort.

Ceux-ci, jadis, s'étaient révoltés au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, huit en tout, furent sauvées à travers l'eau.

C'était une image du baptême qui vous sauve maintenant : être baptisé, ce n'est pas être purifié de souillures extérieures, mais s'engager envers Dieu avec une conscience droite, et participer ainsi à la résurrection de Jésus Christ

qui est monté au ciel, au-dessus des anges et de toutes les puissances invisibles, à la droite de Dieu.

 

 

 

 

 

 

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon

Saint-Marc    1,12-15.

 

Jésus venait d'être baptisé.

Aussitôt  l'Esprit le pousse au désert.

Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan.

Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

 

Après l'arrestation de Jean Baptiste,

Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ;

il disait :

« Les temps sont accomplis :

le règne de Dieu est tout proche.

Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »

 

 

                                                  

 

 

 

3éme  Dimanche de carême.     

 

 

Dimanche  15  mars  2009.

 

 

   Première  lecture

     Lecture du  livre de l'Exode 20,1-17.

 

Sur le Sinaï, Dieu prononça toutes les paroles que voici :

 

« Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte,

de la maison d'esclavage.

Tu n'auras pas d'autres dieux que moi.

Tu ne te feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux,

ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre.

Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte.

Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux :

chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils,

jusqu'à la troisième et la quatrième génération ;

mais ceux qui m'aiment et observent mes commandements,

je leur garde ma fidélité jusqu'à la millième génération.

 

Tu n'invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal,

car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal.

Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré.

Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ;

mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l'honneur du Seigneur ton Dieu:

tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante,

ni tes bêtes, ni l'immigré qui réside dans ta ville.

Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour.

C'est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l'a consacré.

 

Honore ton père et ta mère,

afin d'avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

Tu ne commettras pas de meurtre.

Tu ne commettras pas d'adultère.

Tu ne commettras pas de vol.

Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ;

tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante,

ni son boeuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »

 

 

 

 

 

 

 

     Deuxième  Lecture

 

 Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,22-25.

 

 

Frères, alors que les Juifs réclament les signes du Messie,

et que le monde grec recherche une sagesse,

nous, nous proclamons un Messie crucifié,

scandale pour les Juifs, folie pour les peuples païens.

 

Mais pour ceux que Dieu appelle,

qu'ils soient Juifs ou Grecs,

ce Messie est puissance de Dieu et sagesse de Dieu.

Car la folie de Dieu est plus sage que l'homme,

et la faiblesse de Dieu est plus forte que l'homme.

 

 

 

 

 

 

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon

Saint-Jean 2,13-25.

 

Comme la Pâque des Juifs approchait,

Jésus monta à Jérusalem.

Il trouva installés dans le Temple les marchands de boeufs,

de brebis et de colombes, et les changeurs.

Il fit un fouet avec des cordes,

et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs boeufs ;

il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,

et dit aux marchands de colombes :

« Enlevez cela d'ici.

Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »

 

Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture :

L'amour de ta maison fera mon tourment.

Les Juifs l'interpellèrent :

« Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »

Jésus leur répondit :

« Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »

 

Les Juifs lui répliquèrent :

« Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple,

et toi, en trois jours tu le relèverais ! »

 

Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.

Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts,

ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ;

ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Pendant qu'il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque,

beaucoup crurent en lui, à la vue des signes qu'il accomplissait.

 

Mais Jésus n'avait pas confiance en eux,

parce qu'il les connaissait tous et n'avait besoin d'aucun témoignage

sur l'homme : il connaissait par lui-même ce qu'il y a dans l'homme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4éme  Dimanche de carême.     

 

 

Dimanche  22  mars  2009.

 

 

   Première  lecture

     Lecture du  livre  des Chroniques 36,14-16.19-23.

 

Sous le règne de Sédécias, tous les chefs des prêtres et le peuple multipliaient les infidélités, en imitant toutes les pratiques sacrilèges des nations païennes, et ils profanaient le temple de Jérusalem consacré par le Seigneur.
Le Dieu de leurs pères, sans attendre et sans se lasser, leur envoyait des messagers,

car il avait pitié de sa Demeure et de son peuple.
Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses paroles,

et se moquaient de ses prophètes ;

finalement, il n'y eut plus de remède à la colère grandissante du Seigneur contre son peuple.
Les Babyloniens brûlèrent le temple de Dieu, abattirent les murailles de Jérusalem, incendièrent et détruisirent ses palais, avec tous leurs objets précieux.


Nabucodonosor déporta à Babylone ceux qui avaient échappé au massacre ;

ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils jusqu'au temps de la domination des Perses.
Ainsi s'accomplit la parole du Seigneur proclamée par Jérémie :

La terre sera dévastée et elle se reposera durant soixante-dix ans,

jusqu'à ce qu'elle ait compensé par ce repos tous les sabbats profanés.


Or, la première année de Cyrus, roi de Perse, pour que soit accomplie la parole proclamée par Jérémie, le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse.

Et celui-ci fit publier dans tout son royaume - et même consigner par écrit - :
« Ainsi parle Cyrus, roi de Perse :

Le Seigneur, le Dieu du ciel, m'a donné tous les royaumes de la terre ;

et il m'a chargé de lui bâtir un temple à Jérusalem, en Judée.

Tous ceux d'entre vous qui font partie de son peuple,

que le Seigneur leur Dieu soit avec eux, et qu'ils montent à Jérusalem ! »
 

 

 

 

 

 

 

     Deuxième  Lecture

 

 Lecture de la  Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 2,4-10.

 

 

Frères, Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ :

c'est bien par grâce que vous êtes sauvés.
Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus. Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus,
il voulait montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce.


C'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi.

Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.
Cela ne vient pas de vos actes, il n'y a pas à en tirer orgueil.

C'est Dieu qui nous a faits,
il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons,

conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre.
 

 

 

 

 

 

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon

Saint-Jean 3,14-21.

 


De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert,

ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé,
afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle.
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique :

ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas,

mais il obtiendra la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,

non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.


Celui qui croit en lui échappe au Jugement,

celui qui ne veut pas croire est déjà jugé,

parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et le Jugement, le voici :

quand la lumière est venue dans le monde,

les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière,

parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.


En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière :

il ne vient pas à la lumière,

de peur que ses oeuvres ne lui soient reprochées ;
mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière,

afin que ses oeuvres soient reconnues comme des oeuvres de Dieu. »
 

 

 

 

 

 

Sur toute la terre est proclamée

la Parole, et la Bonne

Nouvelle aux limites du monde.

 

 

 

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

 


Louange  et  Gloire  à  Toi  Seigneur  Jésus.

Accueil ] Remonter ] Présentation ] Eucharistie du Dimanche ] Carême 2009 ] Année de  L'EUCHARISTIE ] Archives ] Prières ] Soeur Faustine ] Témoignages ] Page d'édification ] Textes ] Livre d'or ] Plan et titres ] Mes  liens ]   E-mail Félix G.D.: felixgd@wanadoo.fr

Web master du site :  Félix G.D.                                                                        
Dernière modification : 17 avril 2013.   

Rapport d'audience  E-Stat  au 31/12/12

Total depuis 4525 jours Nombre de visites : 24134